Yoan Sorin

résidence du 15 janvier au 10 avril

Watch Your Back
ouverture facile, épisode 14
exposition du 8 avril au 20 mai 2017

Watch Your Back (i.e Surveille tes arrières/Fais attention à toi) fait suite à
la résidence de recherche et de création de Yoan Sorin à Campbon. Cette
exposition poursuit les expérimentations menées par l’artiste, elles relient son
histoire personnelle à l’histoire collective, et affirment que son travail
d’artiste ne se dissocie pas de sa vie d’homme et de citoyen. Les formes
produites émergent d’un corpus aux ramifications variées, d’un chaos
sensible, dynamique et créatif.
Le travail plastique de Yoan Sorin est composé de signes poétiques qu’il
arrange soigneusement, et qui relèvent autant de l’abstraction que de la
figuration. Il s’applique à humaniser des formes abstraites, à en faire des
silhouettes, dans un geste répétitif et ritualisé teinté d’improvisation, de
souplesse et de liberté, accompli jusqu’à épuisement du mode opératoire.
La résidence de Yoan Sorin à Campbon a été contemporaine de nombreux
faits d’actualité aussi marquants qu’inquiétants, complexes à saisir. Ses
réflexions relatives à l’économie mondiale et aux dysfonctionnements de la
société sont l’une des raisons qui ont poussé l’artiste à explorer la notion de
protection, en écho à l’ambivalence induite par la défense d’intérêts particuliers dans un contexte international, et par un discours de repli au
motif incertain que l’isolement garantirait la prospérité.
L’exposition présente des sculptures quasi à échelle humaine. Percées de
petites lucarnes, elles permettent d’entrevoir une réalité fragmentée, tout en
rejouant la position de garde connue des boxeurs, ce moment où les gants
sont positionnés devant la tête, devant les yeux ; ce geste permet
d’apercevoir l’action de son adversaire tout en se protégeant.
Watch Your Back : une « mise en garde » qui traduit à la fois un conseil et
une menace, deux points de vue différents, deux messages contradictoires.
La réflexion sur l’existence, l’identité et le désir de comprendre le monde
passent, chez Yoan Sorin, non seulement par la production en série mais aussi
par la diversité des médiums, ce qui lui permet de rapprocher des genres qui
ne se côtoieraient pas a priori. Le temps de sa résidence à Campbon, Yoan
Sorin a fait la rencontre d’acteurs culturels et sportifs locaux, qu’il a souhaité
réunir en une performance : On est ce qu’on fait, on fait ce qu’on
veut, on est ce qu’on veut
*. L’artiste tente ainsi de créer un lien entre
des pratiques qui se rencontrent peu ou pas, mais qui manifestent ce même désir
d’exister. Il fait se rapprocher les protagonistes de différentes expressions de
liberté. Ce hiatus, l’artiste fait le pari de le transformer en un espace magique.

* Performance réalisée avec la participation du Campbon Boxing Club.

Tripode et Mosquito Coast Factory remercient chaleureusement
Yoan Sorin, le Campbon Boxing Club, le cinéma Victoria, les
choristes, Reda Boussella, Pierre Lucas, David Moreau.

< accueil